Un univers alternatif de DC en création coopérative.
 
Bienvenue sur Earth Alpha! Prenez un cookie et installez- vous!
Faîtes un geste pour la planète: VOTEZ! Un top- site de voté = un pingouin adopté!

Partagez|

[OVER]Une longue croisière tranquille [PV: Temsca]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar


Messages : 78
Date d'inscription : 31/12/2015
Age : 24


MessageSujet: [OVER]Une longue croisière tranquille [PV: Temsca] Mar 9 Fév - 17:45

"C'est quoi déjà série... *claque plusieurs fois des doigts en cherchant ses mots* avec ce type toujours accompagné d'une fille qu'il se tapera jamais et qui se bat avec un tournevis... je l'ai sur le bout de la langue...
- Docteur Who?
- Oui, voilà, ce bon vieux docteur!
- C'est... Vous?
- Oui, c'est moi. Surveille mon Tardis, okay?"

Je soufflai de la fumée à la figure du communément appelé "gars de l'entretient" en rejoignant la porte de sortie de ce qui était une pièce ne contenant que des produits d'entretien. Elle était immense. Bien assez pour contenir la Maison des Mystères, dont je m'étais servi pour apparaître dans le bateau de croisière allant de New- York aux Bahamas. Ce trajet féerique se ferait en un peu plus d'une semaine. Le tangage n'avait pas encore commencé, ça voulait dire que le bateau était encore accosté, j'étais en avance. Dans un étroit couloir, une jolie hôtesse plutôt remontée se saisit de ma cigarette, quand je la croisais. La jeune femme jeta le fruit de mon plaisir au sol, avant de le piétiner d'un air faussement courtois. Qu'aurait- elle fait si je m'étais baladé le dard à l'air?Mon regard de chien battu n'y avait rien changé. Elle reprit son chemin sans piper moi. Okay, "ne pas déranger" c'est ça? Ce fut noté: ce n'était pas la fille que je devrais draguer au détour d'un chemin. Pas assez détendue à mon goût.

Quelques minutes de marche plus tard, j'étais sur le pont, progressant parmi les passagers venus profiter de la vue, juste avant le départ. La grande majorité se retrouvait du côté de la rive où leurs proches attendaient le départ. Regarder des idiots s'agiter dans tous les sens pour faire des signes à des gens qui reviendront une semaine plus tard, comme si leur vie en dépendait, me donnait une grosse envie de les troller quelque peu. Ce serait un bon moyen de voir si mon jeu d'acteur était toujours aussi bon. Dans cet optique, je fis signe à quelques personnes, les plus fougueux de préférences, les regardant droit dans les yeux. Le geste en lui- même ne suffisait pas, je l'accompagnais d'un grand sourire idiot que je ne m'étais jamais vu faire. Les réactions furent hilarantes, autant chez les hommes, les femmes ou les enfants.

Il suffisait de les voir achever leurs propres signes par un froncement de sourcil, suivi d'un nouvel engouement ponctué d'une expression de totale incompréhension, cherchant à reconnaître ce visage qui était si peu familier dans leur esprit, mais qui semblait si bien les connaître pourtant. Et finalement, faire semblant de savoir qui j'étais autant par leurs gestes que leurs sourires forcés. Et alors... J'achevais leur égo en interpellant une personne derrière, montrant que c'était à elle que je m'adressais depuis le début. La honte et la cassure de l'amour- propre chez ma victime était mon moment préféré, le grand final tant attendu.

Ce jeu finit par me lasser, je m'en allai les mains dans les poches  rejoindre le bar. Quelque chose me revint à l'esprit: une femme n'avait montré aucun signe de déstabilisation à la fin. C'était comme si elle avait toujours attendu que je lui fasse signe, sa joie fut plutôt dure à avaler, sachant que je me foutais d'elle. Je n'arrivais pas à m'enlever cette scène de la tête, je me disais que je faisais une autre phase obsessionnel à la John Constantine. Le genre de phase qui m'emmènerait au fin fond de l'enfer, où m'attendait quelques amis. Avant de découvrir que j'étais épris de ma soeur ou ma belle- mère. Oh John... Impossible que tu tombes dans ce genre de traquenard... Tu ne connais pas l'amour, ça devrait te rassurer!

Juste au moment où je croyais rejoindre le seul endroit qui puisse me faire oublier ce genre d'image glauque -un bar plein d'alcool, à l'intérieur- un son métallique me fit me retourner. Surprise: un type louche, au regard de demeuré, venait de bondir sur la rambarde depuis la rive. Je plissais les yeux, dubitatif. C'est que ça faisait une belle hauteur! Je me demandais s'il avait fait cet exploit d'un seul coup ou par étapes, quand je me pris la plus grosse patate de ma vie. Elle me fit passer à travers la porte vitrée que je voulais ouvrir plus tôt. J'aurais voulu ne pas tricher cette fois, juste tourner le battant, comme tout le monde, pour une fois... Tant pis, la prochaine fois. Okay, une seconde avant il était dix mètres plus loin, et maintenant il peut m'en coller une? Il se téléporte ou...?

••••••••••••••••••••••••••••••••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://earth-alpha-dc.jdrforum.com/
Invité
Invité





MessageSujet: Re: [OVER]Une longue croisière tranquille [PV: Temsca] Mar 9 Fév - 21:07

Chasser le criminel est une noble occupation, quoi qu’en dise les forces de l’ordre de ce monde et Temsca ne comptait pas simplement rester les bras croisés alors que d’autres étaient les innocentes victimes de tueurs assoiffés de sang. Et si on voulait l’arrêter pour des crimes supposés, qu’ils essaient. Elle ne se rendrait pas sans combattre. Qu’importe. En ce moment, elle poursuivait un criminel. Son endurance surhumaine lui était fort utile car sa cible semblait disposer de capacités qui excédaient les paramètres normaux des natifs de la planète. Qu’importe. Elle ne comptait pas le lâcher. Force était d’admettre qu’elle ne s’était pas attendu à ce que les choses prennent une telle tournure. Pour mieux comprendre, revenons une quinzaine de minutes en arrière, quand Temsca avait fait avorter une tentative d’agression à main armée.

Les choses étranges avaient commencée quand elle avait acculé le criminel contre un mur et que tout d’un coup, il s’était pris la tête à deux mains en hurlant comme un dément. Nullement émue ou expressive face à la chose, elle avait supposé une mise en scène pour tenter de la déstabiliser. Ceci dit, c’est ce qui se passa après qui réussit à faire arquer légèrement un de ses sourcils. Riant comme un maniaque, l’autre défonça le mur à coups de points avant de prendre la fuite. C’est qu’il n’arrangeait pas son cas et Temsca lui donna la chasse, bien décidé à lui mettre la main au collet. Ils avaient emprunté un dédale de ruelles, de toits et de petites artères dans une chasse improbable pratiquement digne d’une vidéo de parkour. Pour le moment, elle n’avait fait usage d’aucune de ses armes et elle n’était pas passée en mode assaut. La situation ne le nécessitait pas. Ses aptitudes naturelles suffisaient. Elle allait lui faire passer un sale quart d’heure, c’était clair.

Cette chasse à l’homme se poursuivit jusqu’à une zone portuaire où cet individu étrange fit un bond prodigieux pour monter à bord d’un bateau en train de lever l’ancre. Qu’à cela ne tienne : elle fit exactement la même chose, bien décidée à continuer ce qu’elle avait commencé. Sa proie sembla brutaliser un homme, sans doute encore une tentative pour l’inciter à s’occuper d’un blessé potentiel mais non. En fait elle lui rentra dedans comme un joueur de football et continua sa course sans se soucier de l’état de santé de ce pauvre vacancier qui se retrouvait au milieu de… Ça, en quelque sorte. La poursuite continuait et elle refusait de lâcher le morceau. Elle se retrouva dans la cale où pour une raison obscure il n’y avait pas beaucoup de lumière et une configuration labyrinthique. Hum. Là, il faudrait qu’elle utilise ses armes. Inutile de prendre des risques.

Elle allait en faire des tranches de ce drôle. Cette plaisanterie n’avait que trop duré de toute façon. Elle allait entrer dans la pièce quand ses sens aiguisés perçurent du mouvement mais derrière elle. Son épée dans sa main droite, toujours pointant vers la cale, elle braqua son arme énergétique de la main gauche vers la source du bruit et découvrit le vacancier malmené. Elle le toisa froidement, se demandant ce qu’il faisait là, plus encore comment il se faisait qu’il ne semblait pas effrayé par le fait de tomber sur une femme en armes et en armure venant du futur ou dégoûté par l’excroissance qu’elle avait sur le visage. C’était toujours la même chose avec les habitants de ce monde. Juger autrui sur le physique. D’un ton parfaitement calme et mesuré, elle indiqua à cet individu de dégager la zone, qu’elle traquait un criminel qui s’était soudainement retrouvé doté de capacités surhumaines. Le tout, dans un anglais sans accent.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Messages : 78
Date d'inscription : 31/12/2015
Age : 24


MessageSujet: Re: [OVER]Une longue croisière tranquille [PV: Temsca] Jeu 11 Fév - 10:31

"Fais le mort John, fais le mort..."

Marmonnais- je dans ma barbe les yeux fermés, la joue posée contre le sol, le corps étalé comme une étoile de mer déformée et enveloppée dans un imper. La ruse sembla marcher, puisque l'individu violent s'en était allé. Je me relevai avec un sourire victorieux, époussetant mon bras, quand... Quoi me rentra dedans? Un bulldozer serait sûrement la chose se rapprochant le plus. Je me retrouvai une nouvelle fois allongé sur le dos, le bras sur le front cachant à moitié mes yeux. Le son du départ du bateau ne tarda pas à se faire entendre, on quittait le port.

"Une longue croisière tranquille s'annonce...
- Pas pour toi, John."

Une jeune femme accroupit à côté de ma tête me regardait avec un grand sourire, tenant le bas de sa robe contre le côté inférieur de sa cuisse pour éviter qu'elle ne traîne par terre. Je la connaissais, ou plutôt, l'ai aperçue plus tôt: c'était celle qui ne fut pas déstabilisée par mes trollages.

"Fantôme?
- Esprit.
- C'est encore plus emmerdant!
- Je t'ai entendu...
- Donc tu sais que je ne veux pas de toi ici."

Je me relevai à mon rythme en gardant l'esprit bien en vue. On ne savait jamais à quoi s'attendre avec ce genre de créature. La jeune femme perdit son sourire, mais ne semblait pas m'en vouloir pour mon mépris affiché.

"Ne t'inquiète pas, je ne compte pas rester. Je suis juste venu te prévenir de quitter ce bateau tant que tu le peux. J'ai essayé maintes fois de de faire la même chose avec tout le monde depuis des siècles, mais on ne me voit ni m'entend pas...
- Merci pour ta sollicitude, mais je n'ai pas besoin des mises en gardes d'un créature créée à base d'émotion pure, c'est justement ce que je n'avais pas besoin de rencontrer.
- John...
- Chut! Casse- toi juste, je dois rattraper un bulldozer et tu me distrais!"

J'avais une haine féroce envers les esprits, car ils n'étaient jamais ce qu'ils semblaient être. C'était des créatures instables et capricieuses, pire que les humains. Une fois que le mien fut évaporé dans la nature, je me remis en marche en direction de la cale. Il n'était pas difficile de suivre le bulldozer, il suffisait de prendre en chasse le type violent. Celui- ci était possédé, ça ne faisait aucun doute. Grâce à ma capacité à détecter les esprits ou autres "ectoplasmes" depuis ma troisième metamorphosis in extremis, il ne m'était pas difficile de suivre ses traces. Voilà comment je me retrouvai les mains en l'air devant terminator au féminin qui me menaçait avec un pistolet visiblement alien. J'aurais du me douter qu'ils s'emmêleraient, sinon, le monde serait beaucoup trop sûr, hein? Son regard ne présageait rien de bon. Mais au lieu de montrer une quelconque peur, je souris d'un air confiant à sa réplique.

"Je pourrais te dire la même chose chérie, et bien plus à propos de ce criminel que tu poursuis."

Je sortis une cigarette de ma poche et l'allumai, avant de la planter entre mes lèvres. Tout cela, en gardant un silence parfait pour la laisser cogiter sur le genre d'informations que j'avais à ma disposition.

"Je sais comment le trouver, mais pour ça, va falloir baisser cette arme chérie."

L'une des raisons pour laquelle je lui avouais cette information, était que cette jolie jeune femme était sur le point d'entrer dans la salle où la Maison des Mystères était entreposée. Je préférais ne pas avoir à expliquer sa présence ici.

"Je m'appelle John Constantine, mage et philanthrope! Contrairement aux idées reçues, les hommes à l'imper ne possèdent pas forcément une part sombre en eux."

Un sourire ironique éclaira mon visage, avant de souffler de la fumée vers le plafond. Je me rapprochai doucement d'elle, gardant mes mains bien en vue malgré l'obscurité, avant de passer juste à côté d'elle. Je lui soufflai à l'oreille:

"Belle décoration au fait. Suivez- moi, je vais vous mener à lui."

Reprenant ma marche en direction du fond du couloir. Le bateau était définitivement en mer à ce moment- là, on pouvait entendre le son des machines qui fonctionnaient autour de nous. Un détail me revint de l'explication de la guerrière en armure concernant sa présence dans la cale: ce "nous" qu'elle utilisait. Je ne l'avais pourtant pas vue accompagnée... ça s'annonçait compliqué si d'autres personnages haut en couleur se promenaient librement sur ce bateau, ma mission allait être plus mouvementée que voulue. Bien que si ces intrus étaient aussi bien gaulé que celle qui m'accompagnait, j'aurais moins de mal à accepter leur compagnie. Sans le vouloir, mon cerveau réfléchissait déjà à un moyen de me la faire, ce serait inadmissible si je ne tentais rien.

••••••••••••••••••••••••••••••••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://earth-alpha-dc.jdrforum.com/
Invité
Invité





MessageSujet: Re: [OVER]Une longue croisière tranquille [PV: Temsca] Jeu 11 Fév - 14:56

L’air sévère de Temsca alla en s’accentuant. On ne l’appelait pas « chérie ». Elle était une combattante d’élite, une guerrière, pas une demoiselle en détresse qui avait besoin de se faire tenir la main. Et cet homme était suspect. Elle l’avait percuté avec force et il tenait sur ses pattes comme si de rien n’était. Elle connaissait sa force. Il aurait dû être « sur le cul » plus longtemps que cela. Et il fallait revenir sur le fait qu’il ne semblait même pas surpris par son allure. Les humains, à ses yeux, présentaient énormément de similitudes et celui-là ne se comportait pas comme les autres ce qui en faisait automatiquement un suspect. De plus en plus curieux. L’excroissance qu’elle avait sur le visage pulsa et le symbiote exprima sa méfiance. Encore une fois, ces deux-là étaient d’accord. Quelque chose clochait. Elle ne baissa donc pas son arme.

« Nous n’avons aucune raison de te faire confiance et nous n’avons pas besoin d’aide dans notre mission. Nous sommes amplement capables de nous défendre sans assistance supplémentaire. Nous ne sommes pas ta chérie. Nous allons donner un dernier avertissement : dégages de la zone d’opération ou fais face aux conséquences. Nous avons perdu suffisamment de temps comme cela. »

Sans plus de cérémonie, Temsca entra dans la cale, armes au clair, prête à se battre. Son ouïe supérieure ne se laissait pas berner par le bruit de la machinerie. Elle était à l’affût de tout autre son pouvant trahir la présence de sa proie. Et malgré une luminosité plus ou moins présente, elle était capable de se repérer sans mal. Elle n’avait pas peur et elle ne craignait pas de tomber dans une embuscade. Étant donné que la traque s’était faite de façon aléatoire, sans chercher un endroit précis, sa proie était encore logiquement seule. Ce qui était une bonne chose en fait. Moins de risques que des civils se retrouvent en danger. Ou pas. Elle repéra le corps d’un machiniste. Mort ou inconscient, difficile à dire sans s’approcher et elle était prête à parier que c’était là toute l’essence du piège. Se servir de la compassion des « gentils » contre eux. Ingénieux.

Mais complètement futile car Temsca était concentrée sur une chose : capturer le criminel. Le reste était de peu d’importance pour elle. Si les autres n’étaient pas suffisamment sages et avisés pour apprendre à se défendre par eux-mêmes… Alors c’était de l’imprudence. Elle n’avait aucun problème à défendre les plus faibles mais elle ne pouvait pas les faire passer AVANT la capture des « méchants ». la fourberie de ceux qui s’opposaient à l’ordre se basait sur l’exploitation éhontée des failles dans la loi et dans les comportements socialement acceptable. Temsca ne venant pas de la Terre, elle n’avait pas ce genre de problème. Elle se retourna d’un mouvement fluide, ses sens soudainement attirés par quelque chose capté du coin de l’œil et… Encore cet humain? Elle lui avait dit de s’en aller, c’était pourtant simple à comprendre!


« Est-ce que l’humain a des problèmes d’audition? Nous lui avons dit que c’était dangereux et que nous n’avions pas besoin d’aide. Au cas où l’humain aurait des problèmes de vision, nous portons armes et armures, nous sommes parfaitement capables de nous défendre. L’humain fait preuve d’insouciance avec son entêtement et… Nos yeux sont ici, pas sur la partie pectorale de notre armure! »
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Messages : 78
Date d'inscription : 31/12/2015
Age : 24


MessageSujet: Re: [OVER]Une longue croisière tranquille [PV: Temsca] Jeu 11 Fév - 15:43

"Tout doux ma jolie, j'admirais seulement les motifs de ton armure futuriste très bien réalisée..."

Il m'était de plus en plus difficile d'éviter de mater cette paire de loche que cette femme tout droit sortit d'une jeu- vidéo Sci- Fi arborait fièrement. Je me demandais si elle ne se sentait pas un peu serré au niveau du buste, à cause de ce volume mammaire exceptionnel... En tout cas, cette guerrière alien était drôlement nerveuse, toujours aux aguets. Une personne ordinaire aurait eu du mal à me repérer, j'utilisais un sort qui effaçait ma présence. La manière dont elle parlait me rendait très nerveux, je n'avais pas l'impression de discuter avec une personne, mais une machine froide et calculatrice. Si on pouvait appeler son rembarrage une discussion. Et pourtant, elle restait très attirante, malgré son imperfection au niveau du visage. Sans parler de cette première personne du pluriel qui semblait être plus une lubie qu'un moyen de signifier qu'elle était venue en groupe. Je n'avais rien contre, il m'arrivait de parler à la troisième personne du singulier, pourquoi la jugerais- je?

Je sortis de l'ombre pour me joindre à elle, encore une fois. Elle ne voulait pas de moi, ok, mais on allait dans la même direction. Elle devra me supporter.

"Écoute ma puce: je suis moi aussi à la recherche de ce gars, mais pas pour les mêmes raisons que toi. Il est possédé par un esprit malin, je peux le rendre inopérant si tu me laisses pratiquer un rituel de rien du tout sur lui. Quand je l'aurai expulsé, tu en feras ce que tu veux."

Je la dépassai à nouveau pour examiner le corps au sol. Il respirait toujours, seulement assommé. Une porte à droite était restée ouverte, sûrement de là que venait le machiniste. J'y entrai sans attendre un quelconque accord de la guerrière bien façonnée. A l'intérieur, une vision d'horreur me fit craindre le pire: le corps du criminel que nous recherchions était encastré dans la machinerie même. Je ne savais pas ce qu'il se passait, mais une chose était sûre: c'était liée à l'affaire qui m'avait amenée sur ce bateau de malheur au départ.

"Je crois que ce n'est pas exagéré de nous considéré dans la merde jusqu'au cou, je vais réveiller la belle au bois dormant pour qu'il nous explique ce que ce connard à fait."

Avec quelques mots en ancien langage, je lui mis une grosse décharge directement dans son âme pour le réveiller. Oui c'était dangereux, oui c'était criminel, mais nous n'avions pas le temps d'attendre qu'il se remette, et je ne pensais pas que quelques claques suffiraient à le tirer de sa sieste forcée.

"Hey! ça va?
- Euh... Où suis- je? Qui suis- je...?
- On dirait que ça va, explique- nous ce qu'il a fait?"

Je lui montrai les mécanismes détruits par le corps du criminel. Le machiniste se tint la tête en forçant son esprit à revenir sur terre. Il avait intérêt à faire vite, car toutes les secondes qui passaient nous rapprochaient d'un dénouement malheureux.

"Je... Je crois qu'il vient de détruire le système d'arrêt d'urgence... Ou le système d'arrêt tout court... Je ne sais plus très bien.
- Putain, pourquoi il aurait fait ça?"

Bien sûr, il n'en savait rien. Je me tournai vers la guerrière, avec une petite idée sur la question.

"Tu ne veux pas me faire confiance? Pas de soucis beauté mortelle. Mais suis- moi sur le pont et s'il y a du brouillard, alors tu devras écouter mon histoire et m'aider à tirer ça au clair. ça te va?"

La météo annonçait un temps clair, c'était l'une des raisons pour laquelle la croisière commençait aujourd'hui. Ce que je lui proposais n'était pas forcément une preuve, mais du brouillard à un moment pareil serait forcément suspect pour n'importe qui ayant un tant soit peu de jugeote. J'aurais alors toutes les réponses à ses questions, et finalement, je l'aurais dans la poche! Ce serait d'une pierre deux coups. Encore, fallait- il qu'elle accepte le deal. J'ajoutai dans l'espoir de la convaincre une bonne fois pour toute:

"Tu as l'air d'être un de ces super- héros venus d'une autre planète, tu laisserais un tas de gens mourir, juste parce que t'as pas les couilles pour aller dans mon sens juste une fois? Si je me peux me permettre."

Ne pas regarder "la partie pectorale de l'armure", Ne pas regarder "la partie pectorale de l'armure", Ne pas regarder "la partie pectorale de l'armure"... C'était peine perdue. Pourquoi il fallait que je me retrouve dans le même bateau qu'une femme en tenue moulante, dont le corps était à damner un pape?

••••••••••••••••••••••••••••••••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://earth-alpha-dc.jdrforum.com/
Invité
Invité





MessageSujet: Re: [OVER]Une longue croisière tranquille [PV: Temsca] Jeu 11 Fév - 16:42

C’est qu’il était du genre à insister quand même. Temsca continua de le fixer de ce regard froid qu’elle adoptait pour signifier qu’on la dérangeait. Le fait qu’il continue à user de familiarités avec elle l’énervait au plus haut point. Elle n’était pas sa chérie, elle n’était pas sa puce. Elle était Temsca.  Cet homme ne semblait avoir aucun respect pour les femmes. Elle sentait monter en elle l’envie grandissante de le faire taire d’un coup de garde de son épée dans les dents. Ce devrait être suffisamment clair pour lui faire comprendre que ses paroles insipides n’étaient pas les bienvenues. Et ces histoires de possessions ne voulaient dire que peu de choses pour elle. Elle avait une cible à rattraper et… Il semblait en apparence que la poursuite s’arrêtait dans la salle des machines. Des esprits plus sensibles auraient été effrayés. Elle… Pas le moins du monde.

Quelque chose avait projeté avec force le criminel qu’elle poursuivait dans la machinerie et elle s’approcha prudemment pour s’assurer qu’il était bien mort. Sait-on jamais. Aucun signe vital apparent ne veut pas dire une mascarade élaborée. Pour faire bonne figure, elle décapita le corps et lui mit un tir de son arme énergétique dans le cœur. Certes la machinerie était en mauvais état mais cela n’expliquait pas le but de cette manœuvre. Quant à savoir si c’était réparable, probablement. Elle écouta d’une oreille distraite les propos du machiniste. C’était stupide : tout système peut être arrêté manuellement, quitte à devoir faire quelques réparations par la suite. Il suffisait d’y mettre un peu de bonne volonté.  Ceci dit, elle se méfiait du mécanicien. Rien ne prouvait que ce possédé n’avait pas transféré ce qui le possédait dans cet autre homme. Ce serait une ruse habile.


« Nous avons du mal à croire qu’une force qui aurait fait ce que nous avons vu dans la salle des machines aurait laissé vivre cet homme… Pour le simple plaisir de la chose. Si cela se trouve, il est le nouveau porteur de quoi que ce soit qui soit à l’origine de cette destruction. Conclusion : nous devrions séparer sa tête de son corps avant de se faire poignarder dans le dos. Nous ne sommes toutefois pas experte en possession. »

Mais le primate qui ne cessait de l’infantiliser semblait croire qu’il était inoffensif car il ne sembla pas questionner davantage. En partant du principe que c’était vraiment un expert en la matière, elle acceptait de s’en remettre partiellement à son jugement. Mais si jamais ses soupçons se confirmaient… Alors elle séparerait deux têtes supplémentaires de leur corps. Elle le suivit sur le pont, toujours armée mais son épée au fourreau. Quand il l’insulta, elle avait donc une main de libre pour l’attraper par le collet et le soulever de terre. Elle ne le laisserait pas ainsi insulter son courage et qui elle était. Elle n’était pas du genre à faire des blagues ou à apprécier l’humour et elle allait le lui faire comprendre une bonne fois pour toute. Son regard passa de froid à glacial et le symbiote pulsa à nouveau pour exprimer son propre mécontentement. Détestable primate terrien…

« Que les choses soient bien claires. Nous sommes une guerrière et tu vas nous traiter comme tel. Ensuite, la vie de ces gens ne nous importe que peu. Nous avons un criminel à neutraliser et ensuite nous nous concentrerons sur sauver des vies. Nous ne sommes pas Ericka Darnell, qui utilise sa fortune pour aider les démunis. Notre art est la guerre et notre musique le son du combat. Pas les pleurnichements des faibles. Est-ce que nous nous sommes bien fait comprendre? »
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Messages : 78
Date d'inscription : 31/12/2015
Age : 24


MessageSujet: Re: [OVER]Une longue croisière tranquille [PV: Temsca] Jeu 11 Fév - 17:14

Cette femme qui venait de décapiter un cadavre et lui coller un tir, était en train de me menacer de manière agressive. Elle avait tendance à sauter sur des conclusions ayant pour conséquence une décapitation sèche. Heureusement, elle avait lâché l'affaire sur le fait de s'en prendre au membre d'équipage qui avait déjà bien assez souffert de la tête, pour ne pas l'en délester cruellement. Au vue de ses paroles, la guerrière n'éprouvait aucune empathie envers personne, c'était une véritable psychopathe, au sens médical du terme. Il me fallait user de prudence, changer mes méthodes, m'adapter. Sinon, cette croisière deviendrait un bain de sang. Pour l'instant, c'était moi qu'il fallait sauver. La chose visiblement vivante sur le visage pulsait, sûrement en synchronisation avec la colère de son hôte. Je n'avais jamais vu une chose pareille, ce devait être alien, comme tout ce qui concernait la beauté mortelle.

"Comme tu voudras ché... C'est difficile de ne pas te donner un petit surnom quand on ne sait pas comment t'appeler."

Ma cigarette était tombée au sol dans ma surprise, je la ramassai quand la femme me relâcha. Finalement, la plus grande difficulté que j'aurais dans cette aventure ne sera pas de trouver un moyen de me la taper, mais plutôt de la survivre. Maintenant qu'il était évident qu'elle n'aurait aucune place pour moi dans son lit, je perdais totalement mon semblant d'amabilité. Je soupirai en expulsant de la fumée au passage. Visiblement, il y avait du brouillard, j'avais raison. Les touristes étaient rentrés à l'intérieur, il n'y avait que nous dehors.

"Bien, maintenant qu'on est sur la même longueur d'onde, on peut se mettre au travail?"

Râler était quelque chose que je savais faire à la perfection, même quand j'étais celui en tort. Que dis- je? Surtout quand c'était moi le centre du problème.

"Je sais pas de quel planète de dégénéré tu débarques, mais ici, la magie est quelque chose de très courant. La plus part des gens font semblant de ne pas le voir, alors que c'est souvent juste sous leur nez. Le type que tu poursuivais était possédé par un esprit, crois- moi. Et pas des plus bénéfiques. Je le soupçonne de chercher à faire couler de bateau pour que son patron puisse récupérer les âmes de tous les gens présents. A mon avis, ce brouillard est de son fait, pour nous faire percuter quelque chose. Les esprits sont différents des fantômes, que ce soit dans leur manière de vivre ou leur constitution. Un fantôme c'est à peine un écho, des résidus d'âmes... Un esprit ne vit que pour les sentiments qui lui ont donné naissance, en général de très mauvais. Il peut s'emparer du corps des autres en piratant son cerveau. La victime voit tout ce qu'il se passe mais ne peut ni communiquer, ni l'empêcher de faire ce qu'il veut avec son corps. La seule manière de vaincre un esprit est de détruire l'objet qui est à l'origine de sa naissance, c'est ce qui canalise les émotions négatives qui lui permet de se matérialiser à volonté."

A la fin des explications, j'avais fini ma cigarette et la jetai à la mer. Je ne savais pas si la femme me croyait, mais j'allais avoir besoin de son aide.

"Nous devons empêcher ce bateau de couler coûte que coûte, une fois que ça sera fait, le véritable ennemi devrait sortir de son trou. Bonne nouvelle: même s'il y a plusieurs esprits, je pense qu'un seul objet leur a donné naissance. Donc dès qu'on l'aura détruit, ils disparaîtront tous."

••••••••••••••••••••••••••••••••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://earth-alpha-dc.jdrforum.com/
Invité
Invité





MessageSujet: Re: [OVER]Une longue croisière tranquille [PV: Temsca] Jeu 11 Fév - 17:59

« Nous ne venons pas d’une planète différente mais d’un univers différent. Et si tu connaissais nos géniteurs, tu te rendrais compte que nous sommes la plus modérée des nôtres. Pour faciliter les échanges, nous sommes Temsca. Nous n’avons pas peur des esprits. Ils ne peuvent nous affecter. La différence d’univers fait que la plupart de vos pouvoirs ne nous affectent pas. Un avantage. »

Beauté mortelle, c’était ainsi que Constantine voyait Temsca. Elle ne le savait pas bien sûr mais c’était un bon résumé de sa personne. Elle n’avait pas peur d’affronter le danger et tuer ne la dérangeait pas plus que cela non plus. Cet esprit allait se frotter à une femme qui ne connaissait pas le sens du mot retraite et qui considérait la défaite comme l’affaire des autres. Elle acceptait de travailler avec cet homme, pour le moment. Il fallait noter qu’elle avait écouté toute l’explication de Constantine avec pour seule réaction la pulsation occasionnelle de son symbiote. Elle n’avait pas cillé, cligné des yeux et ne semblait pas avoir respiré non plus. Elle le fixait, tout simplement. Aucune réaction. Aucune émotion. Elle était indubitablement « humaine », au sens où si c’était une machine, elle était alors à des kilomètres de l’IA classique. Elle était juste…

Comme ça. Remarquez que là d’où elle venait, elle avait été élevé au milieu de criminels et de gens qui ne rêvaient que d’une chose, la vengeance. Autrement dit, pas de jouets, de câlins ou de lait au chocolat pour la petite. C’était un peu normal qu’elle ait autant d’humour qu’un salon funéraire et qu’elle soit sympathique comme une prison fédérale. Ce qui fait qu’elle était aussi directe qu’un tir de missile balistique mais plus chaude au regard qu’une explosion nucléaire. Pour une raison obscur, une beauté mortelle à l’attitude glaciale, ça excite le bâton de dynamite de bien des hommes. On raconte qu’une fois, Temsca était débarquée sans crier gare dans le dortoir d’un collège uniquement pour homme, en pourchassant un criminel et qu’elle aurait déclenché plusieurs détonations prématurées. C’est que bon, quand on ne se sert pas souvent de son arme… Enfin bref.

Elle n’était pas « hostile » pour être désagréable, c’était juste les fruits de son éducation. Là en ce moment tout son esprit était tourné vers la capture du criminel. Le reste était sans importance. Et le symbiote était d’accord avec elle. Il était impératif de neutraliser la menace et de ne pas se laisser distraire. Ce brouillard était curieux. Très certainement pas naturel et… Sans plus de cérémonie, elle se jeta sur John, le plaquant par terre et si elle n’avait pas été en armure, le coussin aurait été plus confortable. Trois tirs se firent entendre en une rapide succession et trois corps chutèrent. Des passagers, visiblement mais… Des passagers qui auraient décidé de prendre un bain dans un réacteur de centrale nucléaire. Quoi que l’esprit ou les esprits soient en train de faire, manifestement ils essayaient de faire un énième film d’horreur pourri. La croisière de la mort?

Avec un tas de zombies, un mec en imper et une guerrière en armure. Repassons la liste de clichés : une histoire bancale? Check. Un héros anti conformiste? Check. Une jolie fille avec un physique d’enfer? Check. De la romance? Même pas en rêve. Du sang? Check. Des explosions? Ça viendra. De l’humour? Une chance que Constantine sauve la partie. Des « one liners »? Ah ça Temsca pourrait bien s’en sortir. Il manquait quelque chose de crucial en revanche : le discours à deux balles du méchant… Ah oui, pendant que cette liste idiote, offert par les croisières Americana, vous est présentée, Temsca, elle, faisait quelque chose d’utile : abattre la horde de pseudo zombies qui essayaient de les faire trépasser. Une question à se poser : s’agissait-il des passagers ou de précédentes victimes de… Quiconque tirait les ficelles dans l’ombre? Difficile à dire pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Messages : 78
Date d'inscription : 31/12/2015
Age : 24


MessageSujet: Re: [OVER]Une longue croisière tranquille [PV: Temsca] Jeu 11 Fév - 18:44

En parlant de cliché -qui a parlé de cliché? I don't know- le lieu de vie des esprit une fois en possession totale d'un corps est le cerveau. En effet, ils étaient très capable de se loger autre part, ce serait même plus simple pour eux. Mais, avoir un cerveau, c'était comme détenir le président des États- Unis: tout le commandement était entre leur main. Et donc, le meilleur moyen de déloger un esprit serait de détruire le cerveau de sa victime, ou tout autre endroit où il logerait. Malheureusement, ils seraient capable de changer de place ou de simplement prendre un autre corps. Il faudrait donc enchaîner avec un sort le dissipant, bien que ce ne serait que pour quelques heures. Le parasite spirituel serait alors renvoyé dans l'objet lui ayant donné naissance, tel un mioche revenant dans son berceau pour sa sieste.

Non pas que je n'amais pas avoir la tête sous les cousins métalliques de ma coéquipière du moment, je me sortis de dessous elle pour ramper vers un balai. Grâce à son efficacité guerrière, j'étais totalement couvert durant mes déplacements. J'arrivai enfin à destination et pris l'outil de nettoyage dans mes bras, sortant un feutre de ma poche. Quelques symboles dessinés le long du manche et j'avais un outil à la fois solide, presque impossible à user et capable de renvoyer n'importe quel esprit d'où il venait, tant que les inscriptions n'étaient pas effacées. Je lançai l'arme à la guerrière, celle qui serait la mieux adaptée pour s'en servir correctement. Je ne ferais que m'épuiser plus rapidement, si je devais démolir tous ces crânes.

"Attrape! Essaie de leur défoncer le crâne avec. Le cerveau doit gicler, c'est impératif!"

Le fait que cet organe doive être encore présent dans la tête, même s'il était en mauvais état, impliquait que ces cadavres ambulants étaient relativement récents. Ils étaient aussi nombreux que je m'y attendais, c'était l'une des réputations les plus rependues sur le hollandais volant: le nombre grandiose de son équipage qui ne cessait d'augmenter. Contrairement aux idées reçues, ce n'était pas à cause des hommes morts recyclés en membres d'équipage, mais plutôt au rafiot qui avait donné naissance à cette foutue bande de tarés. Je rejoignis rapidement la beauté mortelle qui agitait son arme avec dextérité. Les zombies n'avaient aucune chance. Le mécano fit son entrée à bout de souffle. Il revenait de la clale. Il déclara avoir réussi à extirper le corps des machines et avoir réussi à remettre en marche le système d'arrêt. Et en effet, le bateau s'arrêta.

"Je crois qu'on y vient... Le grand patron arrive, avec toute son armada... J'espère qu'il te reste des réserves..."

••••••••••••••••••••••••••••••••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://earth-alpha-dc.jdrforum.com/
Invité
Invité





MessageSujet: Re: [OVER]Une longue croisière tranquille [PV: Temsca] Jeu 11 Fév - 19:39

Peut importait l’arme, Temsca savait s’en adapter. Elle fit pleuvoir sur leurs adversaires plus de coups qu’ils ne pouvaient en anticiper. La belle n’était pas aussi surhumaine que Wonder Woman par exemple mais elle avait des attributs physiques équivalents aux plus hauts enregistrés sur Terre. Par conséquent, elle n’était clairement pas sans défense et quiconque contrôlait tous ces corps n’avait pas dû se frotter souvent à quelqu’un disposant de telles compétences martiales. Elle avait rengainé son arme énergétique et elle menait une danse mortelle (oserons-nous dire un ballet mortel) au travers d’un nombre toujours grandissant de corps réanimés. Elle ne semblait pas s’épuiser et effectivement, sans la grâce et la fluidité du combat, on aurait pu la confondre avec une machine. Elle était intouchable, tout simplement. Pourquoi?

Ces corps étaient trop lents, leurs muscles et leurs organes trop endommagés pour leur permettre une grande fluidité ou même autre chose que se déplacer en trainant leur carcasse. Temsca n’avait pas ce problème. Et quand un des corps essaya de s’en prendre à Constantine en l’attaquant lâchement par derrière, elle jeta son balai comme un javelot, transperçant la boite crânienne du cadavre réanimé avant de faire un saut acrobatique par-dessus un trio d’ennemis, de reprendre son balais et de replonger dans la bataille. Le raisonnement était simple à faire : si elle n’avait pas les compétences nécessaires pour éliminer les esprits, mieux valait couvrir les arrières de celui en mesure de le faire, tout simplement. Si elle avait été plus émotive, plus expressive, on aurait pu dire que c’était une vraie furie. Comme elle n’était que calme et concentration dans sa façon de faire…

Et puis tout d’un coup… Plus de nouveaux ennemis. Ce qui dans la situation actuelle ne pouvait être qu’une mauvaise chose. Le pont était couvert de corps désarticulés et dans un état déplorable et pas simplement à cause de la décomposition. Temsca ne faisait pas dans la dentelle. Elle ne relâcha pas sa garde pour autant. Il y avait de fortes chances que quiconque soit en charge se soit lassé d’envoyer stupidement ses troupes à l’abattoir et ait décidé d’intervenir directement. Autrement dit, un adversaire beaucoup plus coriace et face à qui le balai magique serait sans doute hélas de peu d’utilité. Ceci dit, cela ne voulait pas dire qu’elle baissait les bras pour autant. Elle combattrait parce que c’était ce pourquoi on l’avait formé et éduqué. Elle ne reculait jamais devant un combat et ce même si elle ne pouvait pas gagner. Elle n’avait pas peur d’affronter plus fort qu’elle.

Pour toute réponse aux paroles de Constantine, elle reprit une posture de combat, attendant l’arrivée imminente de cet ennemi plus costaud que le reste. Certains auraient été tendus comme des ressorts. Elle restait fluide comme un cours d’eau. Elle n’avait pas peur. Elle n’était pas inquiète. Ultimement, elle triompherait avec l’aide de Constantine. À savoir si ce serait une grande victoire ou un sursis avant la prochaine confrontation… Impossible à dire. Mais elle restait prête à combattre. Elle venait de troquer un criminel pour un mal plus grand encore. Si on lui demandait? C’était une bonne journée. Curieuse définition d’une bonne journée mais Temsca n’était pas une femme ordinaire pour commencer. Et c’était probablement ce qui faisait qu’en ce moment son allié du moment avait encore une tête sur les épaules car les ennemis avaient été nombreux…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [OVER]Une longue croisière tranquille [PV: Temsca]

Revenir en haut Aller en bas
[OVER]Une longue croisière tranquille [PV: Temsca]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» [MANUSCRIT] L'art chevaleresque de l'espée longue
» Joueur de longue date !!!
» Jouer à la box tranquille sans être emmerdé par sa femme
» Armée naine fun longue barbe
» Le seigneur des anneaux (version longue Bluray)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Earth-Alpha :: New York City-