Un univers alternatif de DC en création coopérative.
 
Bienvenue sur Earth Alpha! Prenez un cookie et installez- vous!
Faîtes un geste pour la planète: VOTEZ! Un top- site de voté = un pingouin adopté!

Partagez|

Une sacrée ressemblance [PV: Erichan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar


Messages : 78
Date d'inscription : 31/12/2015
Age : 24


MessageSujet: Une sacrée ressemblance [PV: Erichan] Lun 7 Mar - 15:47

J'écrasai ma cigarette contre la table de chevet, après avoir posé les pieds sur le plancher. Une femme était là, à côté de moi, nue sous le drap, allongée sur le côté. Je pouvais entendre sa respiration, et j'avais peur de regarder qui elle était. Pourquoi? Aucune idée. Soudain, une main chaude se posa sur mon épaule et glissa vers mon bras, me procurant, en plus de la peur, un frisson des plus intenses.

"Mon amour... Revient dormir... Ce n'est pas le moment..."

Ce fut à ce moment- là, ce seul moment, que je trouvais enfin les tripes pour faire pivoter mon coup en arrière regarder cette femme. Ce teint basané... Ce chaîne accrochée à un anneau plantée dans une narine... Ce sourire sournois... C'était elle. Sargon. Mon sang ne fit qu'un tour, qu'est- ce qu'elle foutait là? Aucun mot ne pouvait sortir de ma gorge, je restais mué, alors qu'elle m'attirait en arrière pour m'allonger. Et quand elle se pencha pour sceller nos lèvres, je trouvai enfin la force de hurler à plein poumon:

"lIEVÉ!"

J'ouvris brutalement les yeux, cette fois- ci bien réveillé. Grâce à une formule de la magie inversée, j'avais échappé à l'influence néfaste de Sargon. Elle était bien devant moi, les paumes des mains sur mes tempes. Pendant que j'étais endormis grâce à son pouvoir, elle cherchait l'information qui l'intéressait: ma cachette secrète. C'est l'endroit où j'entreposais tous les artefacts que je leur dérobais sous le nez, ce n'était pas la première fois que la Flamme Froide cherchait à m'extirper cette information. C'était sans doute l'une des seules raisons pour laquelle ils ne cherchaient pas activement à me mettre à mort, se concentrant bien plus dans une sorte de course folle à l'armement magique où j'étais leur seul concurrent.

"Désolé chérie, mais j'ai un rancard!"

D'un coup de tête au nez, je fis s'écrouler la jeune femme au sol en poussant un hurlement de douleur. Je m'enfuis ensuite, poursuivi par ses sbires. Ils n'étaient pas très puissants, ni très malins, juste assez bon pour servir de chaire à canon pour les trois membres dominants, dont Sargon. Cette dernière n'était pas totalement remise du sale tour que je lui avais joué dans le bar, avec l'aide de Timothy Hunter et Alura Ragnarsdaugthir. Ce qui expliquait qu'elle était accompagnée de ces gus, et qu'elle ne se relevait toujours pas. Elle était venue contre l'avis de ses confrères, bien fait pour elle.

••••••••••••••••••••••••••••••••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://earth-alpha-dc.jdrforum.com/

avatar


Messages : 52
Date d'inscription : 14/01/2016


MessageSujet: Re: Une sacrée ressemblance [PV: Erichan] Lun 7 Mar - 19:46

Je ne pensais pas revoir John Constantine de sitôt. J’avais fait mes recherches, entre temps et j’étais sous un de mes nombreux alias, sous l’une de mes nombreuses formes, dans un endroit que j’aimais beaucoup à New York. Je n’entrerai pas dans les détails tout de suite car ce qui est important, c’est encore le fait que j’allais sauver les fesses du magicien encore une fois. Je ne sais pas par qui il était poursuivi mais il avait réussi à les distancer et il se retrouva essoufflé devant une adresse qui, s’il avait une bonne mémoire, lui serait familière. C’était là que la policière du futur lui avait dit de se rendre. Pourquoi ne pas influencer les événements? Une porte entrouverte le convainquit d’entrer se cacher. Qu’avait-il à perdre? Il s’agissait d’une sorte d’entrée de service donnant sur un escalier montant vers les étages supérieurs d’un bâtiment.

Quel genre de bâtiment? Probablement résidentiel. Plus exactement, une ancienne auberge du voyageur. Un premier étage plus salle commune avec bar et tout et les étages étant réservés pour les chambres. Mais j’ai dit : ancienne auberge de voyage pour une raison. Vous pensez vraiment que moi je ferais dans l’hôtellerie? Plausible mais ce n’était pas la vocation de l’endroit. C’était un endroit que nous dirons plus… Mature. Mais encore là, plus tard les détails. Constantine ayant naturellement monté les escaliers se retrouva dans un grand couloir avec des portes. Toutes fermées sauf une avec de la lumière. Et vous savez quel effet a la lumière : elle attire les curieux. Les papillons, par exemple, et les Constantine aussi! En entrant dans la pièce, il tomba sur une vision loin d’être désagréable : dans un superbe lit à baldaquin se trouvait une femme flambant nue, une rousse aux yeux bleus qui la surprise passée le regarda avec amusement.



Monica Bronwen, Sauveuse de Constantine en détresse, Une jeune femme vraiment très chaleureuse

Bon je dis flambant nue mais qui se couvrit de son drap, quand même. Parce que… C’est moi ça. Une créature de rêve. Si Brigh, policière du futur, avait une aura de badassitude à rendre Terminator jaloux, L’ancêtre de Brigh, soit Monica, soit moi, exsudait le charme et le mystère. M’habillant d’un déshabillé pratiquement transparent et criminellement trop sexy, je quittai mon lit pour me rapprocher de John Constantine. Tout dans mes gestes indiquait que c’était moi la patronne. L’Alpha. Ramassant un joli éventail noir au passage, j’adoptai une démarche langoureuse et sensuelle avant de m’arrêter devant lui. Ce n’est qu’à ce moment-là qu’il put réaliser que l’éventail n’était pas qu’un accessoire : c’était aussi une arme dissimulée. Quand même, ce serait idiot de laisser n’importe qui entrer dans sa chambre, non? Allez. Il est temps de commencer à jouer…


« Je ne dis pas que recevoir de la visite est désagréable mais un, nous sommes fermés, deux, tu es entré ici illégalement et trois, certainement pas en y ayant été invité. Mais je peux être compréhensive. Mon petit doigt me dit que si tu es ici, c’est pour te cacher. Je peux arranger ça. Mais je veux savoir pourquoi tu es ici. En passant… Mes yeux sont ici. Ce sont mes seins que tu fixes, là. Flatteur, mais… »

Je laisse entendre un rire à donner des frissons de désir à un iceberg. Même avec une arme sous la gorge, Constantine préfère admirer mes formes, au risque de se prendre une pointe de métal acéré dans la gorge. C’est bien lui, cela ne fait aucun doute. Je ne sais pas s’il traine sur lui le paquet que « Brigh, super flic du futur » lui a donné. Si oui… Oh que nous allons nous amuser. Si non… Dommage. Vraiment. Parce qu’il va manquer une belle occasion. Quant à ses poursuivants? S’ils osent entrer ici, ils vont se rendre compte que les filles, les roses de cet établissement ont toutes des épines. Vous avez quelque chose contre les assassins sexys vous? Moi pas. C’est tellement facile de s’approcher d’une proie qui pense plus avec ses organes génitaux que sa tête…

« Mais je manque à mes manières, pas vrai? Monica Bronwen, propriétaire de cet établissement. Mais tu peux m’appeler par mon petit nom. Moxxi. C’est plus simple et beaucoup moins formel. C’est amusant. En général ce sont des femmes que je sors du pétrin et… Tu le fais encore. Mes yeux sont ici. Je sais que c’est difficile mais fais un effort. Ce serait idiot de se disputer pour quelque chose de si simple… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 78
Date d'inscription : 31/12/2015
Age : 24


MessageSujet: Re: Une sacrée ressemblance [PV: Erichan] Mer 9 Mar - 10:09

Il me fallait une planque, pas celle de d'habitude qui risquerait alors d'être compromise, mais une nouvelle, temporairement. Je ne connaissais pas grand monde à New- York, seulement quelques vieux amis qui ne voudraient pas me voir en aucun cas. Je devais aller quelque part où mes poursuivants ne penseraient jamais venir me chercher, un endroit que les mages n'approcheraient pas spontanément. Le temps qu'ils me localisent, j'aurais eu le temps de préparer une contre- mesure. Puis l'idée me vint, une idée idiote et dangereuse, mais ma seule option pour le moment. Je ne devrais pas m'écouter, ce qui m'éviterait de me retrouver devant le bâtiment de l'ancêtre de Brigh.

Je ne me souvenais plus du numéro d'appartement, et je n'avais pas vraiment le temps d'hésiter: j'entrai par la première porte qui m'inspira, après avoir monté quelques escaliers. En même temps, elle était la seule qui était déjà ouverte, il y avait de la lumière. Un papillon dans mon genre ne pouvait qu'être attiré...

"Oh my god..."

Pour ne pas dire plus cru. Une superbe rousse était étalée sur un lit, nue comme à sa naissance, offrant une belle vue sur tous ses attributs féminins. Et étrangement, elle ne montra aucune gêne à ce que je la détaille, me montrant des plus indiscrets en approchant.

"Mes hommages, délicieuse créature!"

Elle fit alors le geste de se recouvrir avec un simple drap, qui laissait tout de même deviner des formes tentatrices. Puis, elle se leva, couverte d'un simple déshabillé qui ne cachait presque rien d'elle. Et alors? Elle n'avait aucune raison de le faire, une merveille aussi belle pouvait se permettre d'exposé sa plastique parfaite sans honte. Je devinais qu'elle avait l'habitude d'être obéit, elle inspirait la domination. Ce n'était pas pour me déplaire, bien que je n'étais pas le genre de personne totalement coopératif. Mes yeux glissèrent vers ses longues jambes à demi- cachées par le tissu, puis ses hanches lancinantes qui ne cessaient de se balancer, puis sa superbe poitrine et son cou qui avait l'air délicieux, puis ses lèvres qui respiraient la sensualité. Elle remarqua assez naturellement les mouvements de mes yeux, ma discrétion s'arrêtait là, pour certains domaines...

"Désolé pour mon indiscrétion, vous devez être déçue en découvrant que tous les Anglais ne sont pas tous aussi distingués que James Bond... John Constantine, pour vous servir!"

Je me penchai en avant pour prendre sa main et l'embrasser délicatement, la tenant par les doigts, avant de la relâcher doucement et me redresser.

"Je n'ai pas de petit nom pour ma part, appelez- moi John. Je suis effectivement poursuivi par des criminels de la pire espèce. Puis- je rester sous votre toit un petit moment, superbe Moxxi? Juste le temps de me retourner."

Durant mon speech, mes yeux ne cessèrent de dévier vers de plus gros objectifs que les yeux de mon interlocutrice. C'était une sorte de provocation à son encontre, gardant un sourire mielleux sur le visage. La tension -sexuelle- était palpable, elle jouait avec moi comme je voulais jouer avec elle, c'était évident. Et bien, rien ne m'empêchait d'entrer dans son jeu, tant que je devrais rester en sa compagnie. Les membres de la Flamme Froide devraient prendre un moment avant de me retrouver, ils n'étaient pas très malins.

••••••••••••••••••••••••••••••••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://earth-alpha-dc.jdrforum.com/

avatar


Messages : 52
Date d'inscription : 14/01/2016


MessageSujet: Re: Une sacrée ressemblance [PV: Erichan] Mer 9 Mar - 15:03

Les yeux de la sublime créature que j’étais furent animés d’une colère à peine contenue quand il mentionna être poursuivi par des criminels. Nul besoin d’être un génie pour comprendre que mon personnage avait dû avoir un passé… Chargé… Avec ce genre de fréquentations. Je sortis dans le corridor pour appeler le reste de mes filles et John pu voir se présenter au rapport une vision de rêve : plusieurs femmes, toutes jeunes et jolies (mais pas autant que moi), vêtues pour plaire, pour séduire et dont la posture trahissait que ces ravissantes représentantes de la gent féminine répondait à l’appel de la patronne avec la même discipline qu’une armée. Non, elles ne saluaient pas mais certains signes ne trompent pas. Ces femmes étaient toutes capables de se défendre et c’était imputable à la femme se trouvant aux côtés de John.

« Les filles, nous risquons d’avoir de la visite de gens indésirables. Vous refaites un tour du bâtiment et vous verrouillez toutes les portes. Toutes les fenêtres. On s’habille et on se tient prêtes. Si quelqu’un veut venir nous chercher des emmerdes… Ils vont se rendre compte que les roses ont des épines. John, tu restes avec moi. Et j’espère que tu sais cuisiner parce que c’est toi qui va préparer mon déjeuner. »

Toutes ces jeunes femmes retournent dans leurs chambres, se changent et si leur tenue de combat rappelle vaguement un uniforme de dominatrice, ne vous trompez pas. C’est renforcé de kevlar. C’est quand même pratique d’avoir à son service des filles arrachées à l’enfer de la rue, formées et entrainées pour être des combattantes aguerries et s’en servir comme autant d’assassins sexy à utiliser contre ses ennemis. Même la plus jeune, qui devait avoir dix-huit ans gros minimum, était capable de vous casser le bras en trois avant d’avoir pu dire « oh merde ». Comme tous mes personnages, comme toutes mes identités, j’avais une histoire, un passé, j’avais fait plus que juste remplir une feuille de personnage, pour donner une image claire. Je retourne à ma propre chambre pour passer une tenue qui ne laisse rien à l’imagination. Rien de rien. Après tout…

J’ai un invité. Ce serait dommage qu’il se sente mal reçu. John Constantine, tu es un pervers mais chance pour toi, je suis une Daemonite sans scrupule. Je peux te garantir que ceux qui te courent après vont en avoir pour leur argent. Et toi bien… Comme tu as réussis l’exploit de t’attirer mes bonnes grâces, je peux me permettre de m’amuser avec toi et non pas contre toi. Je porte un ensemble qui n’est pas sans rappeler un catalogue de Victoria’s Secret, sous ce déshabillé transparent que j’ai enfilé. Je n’ai jamais compris la pudeur des humains. Ils consomment des millions de mégaoctets de pornographie, de photos sexy et je ne sais combien d’autres éléments mettant en premier plan le corps féminin mais ils hurlent à la mort si vous osez vous promener en public sans vêtements. Leur hypocrisie est presque sans limite. Qu’importe. Je sais jouer avec leurs faiblesses.

Nous arrivons dans la cuisine de l’étage où Constantine va préparer mon déjeuner. On me dira, ce n’est pas gentil d’imposer une telle chose à un invité mais… Je sais me montrer motivante. Pendant qu’il prépare à manger, je suis derrière lui, pressant mon corps contre le sien, comme si je voulais observer ce qu’il faisait mais aucun de mes gestes n’est innocent. Je veux le séduire, je veux m’amuser. Je veux lui donner envie d’exécuter mes quatre volontés sous la promesse d’une récompense qu’aucun dieu vertueux ne voudrait lui donner. De toute façon, pour ce que j’ai vu de John, il serait plus du genre à faire un pacte avec le Diable qu’à demander le pardon à Dieu. Ça tombe bien. En tant que Daemonite je suis souvent associée, justement, aux démons et autres « méchants » des diverses mythologies et religions. Mais en même temps, je suis une déesse du mal assez sympathique…


« Je ne sais pas qui te court après mais mes filles savent se défendre. Je les ai arrachées à l’enfer de la rue et je leur ai donné les moyens de se refaire une vie selon leurs conditions. Elles sont jeunes, elles sont jolies… Et leurs adversaires voient des filles qui sont digne d’une page centrale de magasine érotique. Ils voient trop tard la guerrière… Et c’est parfait comme ça. Tes emmerdeurs sont presque à plaindre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 78
Date d'inscription : 31/12/2015
Age : 24


MessageSujet: Re: Une sacrée ressemblance [PV: Erichan] Jeu 10 Mar - 15:32

Wow... Quelle était cette colère dans ses yeux? C'était bien plus que de la simple empathie à mon égard, cette femme cachait quelque chose qui pourrait sans doute remplir les faits divers. Moxxi sortit un moment et revint pour attendre l'arrivée de superbes jeunes femmes. Ces dernières semblaient lui montrer beaucoup de soumission et de respect, elles lui devaient visiblement beaucoup. Je fis un clin d'oeil à l'une d'elle qui ne montra aucune réaction. C'était plutôt perturbant de les voir aussi disciplinée devant leur patronne.

"Cuisiner? Bien sûr ma belle, je ferai tout ce qu'il te plaira chérie, si je peux rester dans ton château fort!"

Cet endroit n'était pas ordinaire, j'en mettrais ma main à couper. Pour commencer, je me rendais compte que tout le bâtiment appartenait à la patronne, même si elle ne se réservait qu'une seule chambre. Ce qui voulait peut- être dire qu'elle possédait une grosse fortune. Ensuite, ces femmes élégantes mais disciplinées me faisaient penser à des prostituées de luxe, celle qu'on trouvait habituellement dans les maisons closes. Alors, cela voulait- il dire que ce bâtiment en était un en entier? Je n'en devenais que plus curieux. Une fois dans la cuisine, je me mis immédiatement au travail. Mais c'était sans compter sur la présence alléchante de mon hôte, qui n'hésitait pas à presser contre moi ses attributs à peine cachés, me procurant bien assez de sensation pour rendre ma tâche plus compliquée que prévue.

"Je dois avouer que j'aurais eu du mal à ne pas tomber dans le panneau, je suis bien content d'être de ton côté Moxxi! Sans compter que je peux bénéficier de l'ardente attention de la plus sublime d'entre toutes, c'est bien assez pour me donner envie de rester indéfiniment."

Je me tournai sans prévenir, laissant le couteau que je tenais un peu plus loin, avant de soulever Moxxi et la poser assise sur la table de travail. Un sourire charmeur étirait mes lèvres, alors que mes yeux exprimaient tout le désir qu'elle m'inspirait.

"Puis- je savoir ce qui vous motive autant à me protéger? Nous ne nous connaissons pas et pourtant... Votre air me dit quelque chose... Bronwen..."

Ce fut l'éclair: Brigh avait le même nom de famille. Je ne m'étais donc pas trompé, j'étais bien chez l’aïeule de la super flic du futur? Moxxi ne pouvait être qu'elle... Elle était aussi entreprenante que sa descendante, j'aurais du voir la frappante ressemblance! Les mains sur ses hanches, je collai nos bassins ensemble avec l'impression de retrouver ma meilleur amie, avant de l'embrasser passionnément, jouant de la langue comme Brigh l'avait fait avec moi auparavant. J'avais des choses à lui dire, quelque chose à lui donner, mais avant, je voulais retrouver cette sensation de vie que Brigh m'avait offert durant notre aventure, juste un peu plus longtemps.

••••••••••••••••••••••••••••••••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://earth-alpha-dc.jdrforum.com/

avatar


Messages : 52
Date d'inscription : 14/01/2016


MessageSujet: Re: Une sacrée ressemblance [PV: Erichan] Jeu 10 Mar - 16:40

Ah… Il en aura mis du temps avant de réaliser ce qui pourtant était évident. John Constantine était un séducteur et un amoureux de la chair. Par ce simple fait il devenait facile à manipuler mais… Comme je l’ai répété à maintes reprises, vous obtenez de bien meilleurs résultats si vous manipulez quelqu’un en le convainquant qu’il veut vous aider. Certes il existe des plans très complexes et qui fonctionnent mais je me suis rendu vite compte qu’avec les humains, il faut impliquer le moins de variables possibles. Autant d’une part les humains sont du genre à avoir des raisonnements et des pensées élaborées, développées et tout, autant ils sont heureux par les choses simples. Et donc je le laisse faire. Je veux qu’il ait l’impression que c’est son initiative. Alors qu’en vérité, je tire toutes les ficelles. Je dis toujours : tant qu’à choisir ses chaines…

Quand il décida de m’embrasser, avec la même fougue, avec la même passion que lorsque je me fis passer pour une flic du futur, mon personnage répondit sans hésitation à ce geste totalement inattendu. Constantine pourrait remarquer d’étonnantes similitudes entre Brigh et Monica. Pourtant, là où Brigh était plus du genre passion, Monica elle était plus agressive. Brigh voulait plaire et Monica dominer. Et je pense que John ne va pas détester, en fait. Ce qu’il lui faut, à cet homme, ce n’est pas une fin heureuse ou une niaise qui fait juste dire oui à tout ce qu’il va dire. Il faut quelqu’un comme lui. Une forte tête qui ne se laisse imposer par personne. Autant Brigh, en bonne fonctionnaire dont le mandat est clair : plaire au contribuable, était du genre à le laisser mener la danse, autant Monica s’imposait et menait la danse. Un contraste intéressant mais pas désagréable.

En tant que Daemonite, j’ai eu des siècles pour étudier les humains. Une race fascinante s’il en est parce que contrairement à nous, leur mortalité fait en sorte que cela les pousse inconsciemment à vouloir se dépasser, profiter le plus possible de leur vie avant leur mort inévitable. Moi? Dans un million d’années je serai encore là à contempler l’existence des êtres et à chercher comment les influencer au mieux pour servir mes intérêts. Je ne dirais pas que je respecte les humains mais ils sont beaucoup moins ennuyeux que nous, immortels. Chose certaine, si John a encore des doutes sur la vocation des lieux, je pense que ce petit corps à corps a dû le détromper. Ici, mes filles sont oui des courtisanes et des séductrices mais ici, les plaisirs de la chair sont au menu. Notre clientèle? Les riches et influents. Ils pensent avoir le meilleur côté du « deal ». Si seulement ils savaient.

Les grands primates se prostituent en échange de services. La prostitution ne date donc pas uniquement des civilisations humaines. Mais contrairement à un système normal, chacune de mes filles est une assassin professionnelle, formée par mes soins. Et au milieu de cette mer de formes affriolantes se cachent des esprits créatifs et calculateurs. Au nombre de secrets et d’informations que nous subtilisons à ceux qui pensent influencer le monde, j’ai de quoi éclabousser par un scandale des gens autrement jugés intouchables. Je ne cesserai jamais de le répéter. Le sexe, utiliser son corps, c’est une arme de plus dans son arsenal. Une arme de distraction ou de destruction massive. Et dans le cas de Constantine? Non, je ne cherche pas à le détruire. Je cherche à l’utiliser. Je mets un terme à nos échanges passionnés de baisers pour répondre à sa question. C’est partit.


« Ce qui me pousse à te protéger? Regardes autour de toi John et poses toi la question : pourquoi? Dans ce qui me semble une autre vie, j’étais la fille d’un couple de policier qui a passé sa vie à lutter contre un des pires fléaux qui soit : le trafic humain. Qui mène trop souvent à l’exploitation sexuelle. Deux flics honnêtes et incorruptibles qui avaient décidé que le droit d’être libre et égal était plus important que leur vie.

Mes parents ont fait condamner des monstres de la pire espèce. Ils se sont battus contre un système qui préférait fermer les yeux. Et ultimement, ils ont payé la dette que tous paient. Ils ont été assassinés après avoir été atrocement torturés. Viol, mutilation… Ils avaient fait perdre des millions de dollars à des individus puissants. Ces gens-là avaient décidé que trop c’était trop. Mais jamais ils n’ont flanché John. Jamais. Moi?

J’avais seize ans. J’ai servi de jouet sexuel à l’un d’entre eux. Battue. Abusée. Humiliée. Mais je n’ai jamais abandonné de pouvoir venger mes parents. Jamais. Il leur a fallu un moment d’inattention et je saisissais ma chance. Non seulement j’ai assassiné mon bourreau mais je me suis enfui avec sa fortune. J’ai décidé de reprendre le combat de mes parents mais différemment. J’ai acheté cet endroit et je me suis mis en chasse.

J’ai libéré des dizaines de femmes des chaines de l’esclavage sexuelles. Certaines ont décidé de rester. De m’aider dans mon combat. Tu les as vues. Toutes capables de se défendre, de tuer. Et je ne compte pas cesser tant que je n’aurai pas la tête de celui qui est derrière tout ça. Je… Excuses moi John. Ce sont mes problèmes. Pas les tiens. Juste que j’ai supposé que tu étais poursuivi par des criminels et que je ne laisserai personne souffrir de leurs actes. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 78
Date d'inscription : 31/12/2015
Age : 24


MessageSujet: Re: Une sacrée ressemblance [PV: Erichan] Lun 14 Mar - 17:02

Moxxi rompit le baiser pour me répondre. Nos lèvres continuaient toutefois de se frôler à l'occasion, nos souffles se mêlant, passant de ses cavités aux miennes et vice- versa. C'était très excitant, dans tous les sens du termes. J'avais du mal à garder toute ma concentration, avec une telle proximité. Elle me proposait de regarder autour de moi pour y trouver la réponse à ma question, mais je ne voyais toujours pas où elle voulait en venir. Avant qu'elle n'entre dans certains détails de son passé. Son enfance était des plus tragiques, mes pensées changèrent rapidement de nature pour devenir de la révolte silencieuse. J'étais peut- être un enfoiré, mais pas au point de me montrer insensible à un tel vécu. J'étais peu à peu moins préoccupé par ce que je pouvais obtenir de son corps, pour entrer dans une humeur légèrement plus sombre. Elle avait éteint mon feu.

"Ne t'excuse- pas chérie, tu as vu juste. J'amène mes propres problèmes chez toi, c'est pas moi qui vais te reprocher de me parler des tiens."

Je me détachai d'elle en souriant amicalement et la reposai au sol, avant de reprendre mon travail. Elle était forte... Très forte. Mais pas seulement, Monica était une femme bien, pas comme moi. Elle avait affronté les pires horreurs de ce monde et au lieu d'en être souillée comme moi, elle était devenue capable au contraire de briller pour les autres, ceux qui étaient dans le besoin. Elle était une véritable héroïne. J'allais devoir mettre de la distance entre nous, pour ne pas la détruire, comme je l'avais fait avec tant d'autres personnes auparavant. Car même si elle avait survécu à toutes les choses qu'elle m'avait décrite, il était rare qu'on survive à un Constantine en cavale. Mes mains n'avaient pas le droit de toucher ce qui était bon et pur, même s'il m'arrivait de dépasser cette limite dans un moment de pur égoïsme de ma part.

"Ne t'en fais pas, je ne compte pas rester très longtemps, je repartirai dans quelques heures, je ne veux pas détruire ton havre de paix."

Je me retournai vers elle, attendant la fin de la cuisson. Les hommes de la Flamme Froide forcèrent la porte et entrèrent en grand nombre dans la propriété. Ils étaient armés d'armes blanches, des sabres tout au plus. Ils avaient eu le temps de se rassembler et d'attaquer en grand nombre, en même temps, après avoir retrouvé ma trace.

••••••••••••••••••••••••••••••••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://earth-alpha-dc.jdrforum.com/

avatar


Messages : 52
Date d'inscription : 14/01/2016


MessageSujet: Re: Une sacrée ressemblance [PV: Erichan] Lun 14 Mar - 19:20

« John? Je ne suis pas une gentille fille. Ce havre de paix l’est en ce moment mais le soir, ici, les riches et puissants viennent pour passer du bon temps en la compagnie de mes filles. Nous utilisons leurs faiblesses contre eux. Nous n’avons rien de saintes, encore moins d’anges. Je ne veux pas la justice. Je veux la vengeance. Tu me crois aveugle au point de ne pas voir ton changement de comportement? »

Oh non mon grand, tu es entré dans mes bonnes grâces et tu vas jouer le jeu que JE te dicte avec le personnage de mon choix. Monica attrape John par le col avant de l’embrasser à nouveau passionnément parce que c’est ce que je veux faire. Peut-être s’en doute-t-il mais Monica Bronwen n’est pas le genre de personne à qui on dit non. Si elle veut, elle obtient. J’ai des plans pour Constantine donc j’ai besoin qu’il se sente en confiance et heureux, de préférence. Les gens heureux sont considérablement plus faciles à manipuler. Je peux être n’importe lequel de ses fantasmes car je peux changer d’apparence comme bon me semble. Je saurai trouver le moyen de le faire craquer. De le faire s’abandonner à moi. De lui faire développer, pourquoi pas, un sentiment protecteur envers la belle Monica. Il est britannique. Le chevaleresque est dans leur génétique.

Je continue de me coller à lui-même quand les coups de feu se font entendre. Nous sommes aux États-Unis. On peut acheter des armes partout. Des abrutis avec des armes blanches qui doivent gravir un escalier contre des femmes armées, sachant se servir de leurs semi-automatiques, qui les mitraillent depuis une position surélevée. Il y a quelque chose de profondément excitant dans le fait de savoir que la mort est à quelques pas mais que vous êtes virtuellement intouchable. Je lui saute dans les bras, enroulant mes jambes autour de sa taille, prolongeant le baiser. Ici tu es dans un de mes domaines. Tu es à moi. Nous avons un déjeuner à prendre ensemble. Beaucoup à nous dire et quand j’en aurai fini avec toi… Je t’aurai fait connaitre une tranche de ce que devrait être le paradis. Pas ces imbécilités immaculées et blanches et indubitablement déprimantes.


« Que tu le voulais ou non à la base, tu es entré dans mon domaine John. Et je suis une hôte qui se montre très accueillante envers ses invités. Je ne crois pas au hasard, ce qui veut dire que tu es ici pour une raison spécifique que je compte bien découvrir. Et je ne veux pas me vanter mais quand même, tu ne vas pas me dire que tu n’as pas envie qu’on se connaisse un peu plus… Intimement, toi et moi… »

Est-ce que je devrais me sentir mal de provoquer ainsi Constantine, de le pousser à faire quelque chose d’immoral? Pour commencer je ne vois pas ce qu’il y a d’immoral là-dedans. Au vu du personnage, ses pensées sont assez simples. Et j’aime cet état de fait. Comprenez-moi, Edmund, mon conseiller magique, est un expert parmi les experts dans son domaine. Mais Edmund me considère comme une déesse et se voit comme le plus grand des fanatiques. Du coup, je peux lui demander ce que je veux mais c’est trop facile. Cela n’a aucune saveur. John? Si je veux qu’il m’aide, je vais devoir affronter une nature que je sens comme profondément égoïste. Ce qui veut dire savoir lui donner quelque chose en échange. Ce qui veut dire savoir lui donner ce petit quelque chose que les autres ne peuvent pas. Devenir, en somme, indispensable. Et ça…

Je peux le faire. Allez Constantine, donne à Monica le paquet que tu devais lui amener que nous puissions vraiment commencer à s’amuser. Le meilleur piège est celui que la proie active volontairement. Et c’est précisément dans ce genre de piège que je veux que tu tombes. Tu ne souffriras pas. Au contraire, si tu savais, tu me remercierais. Je le redis. Être dans les bonnes grâces de celle qui a été vu par des centaines d’êtres comme une déesse (ah, souvenirs, souvenirs de l’Antiquité…) ça ne peut pas te faire de tort. Jamais tu ne connaitras la vérité mais je peux faire en sorte que tu n’aies jamais envie de demander. C’est comme faire un pacte avec le Diable… Mais avec moins de risques de coups fourrés. À quoi bon. Pour plusieurs, la confiance est le ciment absolu dans une relation. Ce serait idiot de mettre volontairement des chances contre mo, non?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 78
Date d'inscription : 31/12/2015
Age : 24


MessageSujet: Re: Une sacrée ressemblance [PV: Erichan] Mar 15 Mar - 18:22

Le regard de cette femme n'était pas normal, elle me voulait quelque chose, mais quoi? Sérieusement, cet intérêt qu'elle me portait était inexplicable, peu importe les raisons traumatiques qu'elle pourrait sortir. Je voulais savoir ce que cachait ses attentions, je voulais en savoir plus sur ses intentions et pour ça, je devais me plonger dans notre jeu de séduction. Bien sûr, tout en elle m'intéressait, car j'étais le genre d'homme à ne jamais refuser de jolies cuisses qui s'écartaient pour moi. Bien que la survie était bien plus importante. Et pour le moment, mon ignorance me rendait vulnérable à tous les coups fourrés possibles. Si coup fourré il y avait. De toute façon, que ses intentions fussent bonnes ou mauvaises, Moxxi me manipulait d'une certaine manière, c'était un fait. Ce qui me manquait était le "pourquoi".

Ce fut simple de me plonger totalement dans le jeu de Brigh, car même si elle me manipulait, elle ne s'en cachait pas, c'était une part de son charme. Je dois avouer qu'aucune autre femme n'aurait ce privilège sur moi, toute autre finirait par voir ses manigances retournée contre elle à la moindre occasion. Ce code du parfait policier qu'elle utilisait m'amusait assez pour jouer le jeu sans surveiller mes arrières.

"Bébé, tu ne sais pas qui je suis..."

Mon regard d'apitoiement ne suffit pas à l'arrêter, la belle courtisane emprisonnait mes lèvres dans un langoureux baiser, à la fois chaste et passionné. Tous les poils de mon pauvre corps se hérissait, et bien autre chose composant mon anatomie. Je devais me concentrer sur autre chose, pour ne pas perdre le contrôle... Cette prostituée à l'haleine fétide que j'avais invitée chez moi, mais dont je n'avais pas trouvé la force de décommander au dernier moment pour ne pas la vexer. Ce fut l'une des nuits les plus longues de ma vie, c'était suffisant pour calmer la bête.

Je finis par céder -comme si on ne s'y attendait pas- en plaçant mes bras autour d'elle pour répondre à son délicieux baiser. Oui je la voulais, au moins pour une nuit, pourquoi me mentir? Si elle s'offrait, ce n'était pas moi qui refuserait. Une femme intense que je m'étais encore dégoté... Ses jambes serraient de plus en plus ma taille, et j'adorais le contact de tout son corps à travers le rideau léger de son déshabillé. Nous faisions presque un. Le son des armes à feu au dehors ne me perturbais en rien, je savais que les filles auraient rapidement le dessus, car les crétins de la Flamme Froide oubliaient assez souvent à quel siècle nous vivions. Moxxi finit par rompre le baiser, mais je restais envoûté par le goût de son souffle à chaque mot qu'elle prononçait tout contre ma bouche et mon nez. Alors que je la tenais, c'était en fait elle qui me tenait. Je devais faire semblant qu'il n'y avait rien de louche, que je ne soupçonnais rien. Ce fut bien plus facile qu'on le croirait, une grande partie de moi voulait se jeter dans ce rêve et ne plus m'en sortir.

"Okay chérie... J'ai bien un truc à te montrer, c'est quelqu'un que j'ai connu et qui te ressemblait beaucoup qui me l'a donné. Pour toi. Et non, tu ne la connais pas."

Ce serait assez inquiétant que Brigh ait déjà rencontré son ancêtre. Je libérais l'un de mes bras pour levé la paume de ma main à côté des yeux de la jeune femme, avant de faire apparaître dessus un paquet, par un portail ouvert grâce à des cercles ésotériques holographiques qui brillèrent durant l'apparition du cadeau. Magie.

"Je ne l'ai pas ouvert, je compte sur toi pour me dire ce qu'il renferme!"

••••••••••••••••••••••••••••••••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://earth-alpha-dc.jdrforum.com/

avatar


Messages : 52
Date d'inscription : 14/01/2016


MessageSujet: Re: Une sacrée ressemblance [PV: Erichan] Mar 15 Mar - 20:48

Vous savez ce que j’adore du fait de pouvoir changer de forme à volonté? C’est que quand je joue à l’humaine, je suis plus humaine que certains d’entre eux. Alors devant une manifestation de magie, si près de ma personne, je décidai de feindre la surprise et me laissai tomber lourdement au sol avant de lâcher un juron fort peu féminin. Eh oui. La magie, ce n’est pas quelque chose que le commun des mortels voit au quotidien et la réaction logique devant l’inconnu c’est encore la crainte ou l’appréhension ou la stupéfaction, suivant si vous avez le cœur bien accroché ou non. Et il faut bien dire que même si les super héros et les super criminels devenaient de plus en plus présents, vous ne pensez pas forcément que le mec que vous êtes en train d’embrasser passionnément soit l’un d’entre eux. C’est facile à comprendre, quoi.

Du coup je le regarde avec méfiance et j’ai mis une courte distance entre nous. Je joue la fille méfiante mais qui lutte contre sa propre curiosité. Finalement, je hausse les épaules et je prends le paquet qu’il me tend. À peine y aie-je touché qu’il s’ouvre de lui-même, révélant une note. C’est quoi ce délire? Je la lis avec attention avec de le regarder, l’air de dire : tu te fous de moi là. Je prends la peine de lui citer les passages qui interpelleraient n’importe qui avec une tête. « Je suis ta descendante d’un futur lointain », « notre famille a une dette envers le porteur de cette boite », « … Avons empêché que le flot du temps ne soit altéré… » C’était une grosse blague bien nulle non? Et la note se terminait sur « Un petit cadeau pour vous deux, un avant-goût du futur ». Levant les yeux au ciel, je sortis ce qu’il y avait dans le paquet. C’était quoi, une mini fiole? Difficile à dire ça…


« Non mais je rêve… Ok. Tu fais des trucs pas normaux, je veux bien. Tu me files un paquet, c’est ton idée d’une blague de mauvais goût. Mais c’est quoi ce bordel à la fin? Ma descendante du futur? Vous avez fumé quoi avant d’écrire ce message, faut vraiment être complètement défoncé pour écrire un truc par… AIE! Cette merde m’a piqué, enfin je me suis piqué sur cette mini fiole et… Wow… »

Maintenant, observez mes talents d’actrice. Mon objectif : faire croire à Constantine que je me suis accidentellement injecté une substance inconnue venu du futur. Ça a l’air simple mais non. Ensuite, je dois simuler des étourdissements, les symptômes d’une fièvre, tout ça. Ça veut dire transpirer aussi. Je suis une professionnelle. Croyez-moi, aux yeux de Constantine j’ai l’air de faire cinquante de fièvre. Je titube, je perds pied et le fracas des outils de cuisine qui tombent attire l’attention d’une de mes filles, armée, qui ne laisse pas Constantine s’approcher de moi et qui me ramène dans ma chambre, dans mon lit. Maintenant, la partie le plus intéressante. Donner juste assez de temps pour que de le corridor la tension augmente de quelques crans, parce que mes filles sont en train d’accuser John de m’avoir fait du mal…

MAis intervenir AVANT que ça ne dégénère. Entre le moment où on m’a mise dans mon lit et que John se retrouve encerclé par des femmes armées et en colère, il s’est écoulé quelques bonnes minutes. Je fais entendre d’une voix d’abord faible puis plus assurée que je veux le voir. Seul. Je lui fais signe de s’approcher du lit. Il s’exécute. Une sublime femme en potentielle détresse, comment refuser, pas vrai? Je suis en position assise et j’attends qu’il s’assoit sur le lit. Qu’il se rapproche. Je lui demande de me donner ses mains, ce qu’il fait et je les pose sur ce buste généreux qui est mien. Je peux voir dans ses yeux ce mélange entre la curiosité et le désir. Pourquoi ce geste? Et je peux voir son étonnement quand tout d’un coup, ma poitrine prend du volume, comme on gonflerait un ballon. Ma chevelure passe du roux au blond au brun avant de revenir à roux…


« Est-ce que ma descendante t’a dit que dans le futur ils peuvent adapter leur physique selon leurs envies? Je ne sais pas ce qu’il y avait dans cette fiole mais je sais que des gens tueraient pour avoir ce qui se promène dans mes veines. Non mais tu te rends compte? Je peux ressembler à… À n’importe qui! Je comprends mieux ce que voulait dire la note. Je suis une sorte d’offrande, au fond. Elle n’a pas pu te sauter…

Alors je suis désignée comme remplaçante. Malin. Très malin. Et en prime tu peux commander le fantasme de ton choix. Mais pas tout de suite. Je meurs de faim. Ça bouffe de l’énergie tout ça… Probablement qu’avec de la pratique, ce sera moins exigeant mais pour le moment, c’est comme si j’avais fait une demi-heure de vélo stationnaire. J’ai un bon cardio mais il ne faut pas pousser non plus, merde. Allez viens, ça va refroidir! »


Admirez la beauté de ce piège. Admirez la. Vous avez là l’incarnation vivante du fruit défendu qui non seulement s’offre à vous comme si c’était la chose la plus naturelle qui soit mais en plus accepte d’être une sorte de cadeau bonifié, faisant de sa personne un objet de désir plus qu’un être humain. Et Monica, mon personnage, est parfaitement capable de penser comme ça. Constantine va se rendre compte de deux choses : un, sa flic du futur est sacrément généreuse, deux, l’ouverture d’esprit ça doit être génétique dans la famille parce que Monica a tout accepté en bloc sans même exiger vraiment de réponses. Quand je vous disais que je savais me montrer généreuse quand je récompense. Oh John, John, John… Tu dois te dire que c’est un piège mais sois honnête : tu vas sauter dedans. Tu veux sauter dedans. Parce que jusqu’à maintenant, c’est probablement le piège le moins désagréable du monde…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Une sacrée ressemblance [PV: Erichan]

Revenir en haut Aller en bas
Une sacrée ressemblance [PV: Erichan]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» [Neutre] Gardiens Sacrés
» [Perellis] [prêtre sacré]
» Le Prêtre Sacré Cataclysm
» Zoltar : Paladin sacré
» 4.0.1 : gemmage du prêtre sacré

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Earth-Alpha :: Earth Alpha - États-Unis :: New York City-